DUMG Paris 13
Faculté de médecine "Léonard de Vinci"

Accueil > Recherche / Thèses > Thèses d’exercice > Thèses soutenues > Dépistage, prévention et prise en charge des mutilations sexuelles féminines (...)

Dépistage, prévention et prise en charge des mutilations sexuelles féminines par les médecins de protection maternelle et planification familiale des centres de protection maternelle et infantile de Seine-Saint-Denis : description des pratiques.

mardi 20 mai 2014, par Dr Elena Villalon.

Auteur : Elena Villalon
Directeur de thèse : Dr Emmanuelle Piet
Date de soutenance : 20 mai 2014

 INTRODUCTION

En France, on considérait en 2004 que près de 50 000 femmes adultes résidant sur le territoire avaient été victimes de mutilation sexuelle féminine (MSF). La prévalence selon les régions est d’autant plus grande que le taux de population immigrée en provenance de pays d’Afrique est important. Ainsi en Seine-Saint-Denis, les médecins généralistes et gynécologues diagnostiquent fréquemment des MSF, notamment ceux qui exercent dans les centres de protection maternelle et infantile (PMI).

L’étude a pour objectif de décrire les pratiques des médecins de protection maternelle (suivi de grossesse) et planification familiale qui exercent dans les centres de PMI en Seine-Saint-Denis, en matière de dépistage, prise en charge, et prévention des MSF.

 MATÉRIEL ET MÉTHODES

Il s’agit d’une étude quantitative, descriptive, transversale, qui s’appuie sur l’auto-administration d’un questionnaire aux médecins ciblés.

 RÉSULTATS

83% des médecins ciblés y ont répondu.

Cette étude a rapporté principalement que :

  • 100% des médecins interrogés parlaient de l’interdiction légale de la pratique des MSF aux femmes victimes, afin de prévenir la perpétuation des traditions.
  • 100% des médecins interrogés connaissaient l’existence de la chirurgie réparatrice et proposaient le plus souvent une prise en charge spécifique liée à une MSF constatée.
  • 36% des médecins interrogés ne demandaient pas systématiquement le pays d’origine des patientes vues en consultation, et 80% ne demandaient pas systématiquement à l’interrogatoire si les femmes avaient subi une MSF lorsqu’elles étaient originaires de pays à risque.

Il en ressort donc que la prévention est bien menée et que les femmes victimes de MSF sont bien orientées et prises en charge par les médecins de protection maternelle et planification familiale des centres de PMI dans le département. Cependant le dépistage des MSF doit être amélioré.

 CONCLUSION

Ce travail a mis en avant le besoin de sensibiliser et mieux former les médecins pour le dépistage systématique des MSF, et a confirmé que la prévention et la prise en charge étaient bien menées dans les centres de PMI en Seine-Saint-Denis.

Documents associés

Agenda général :