Accueil > D.E.S. > Formations extérieures validantes > Mercredis de Bobigny & Jeudis de Paris-Diderot > Jeudi de Paris-Diderot - Le discours médical. Du bon « médecin de campagne » ( (...)

Jeudi de Paris-Diderot - Le discours médical. Du bon « médecin de campagne » ( Balzac) à la dangereuse « brute en blanc » (Winckler) : la douloureuse question de la relation médecin-patient

Jeudi 7 décembre 20:15-21:45

Avec Delphine Cadwallader-Bouron, enseignante, auteur de L´imaginaire de la pathologie : le discours médical.

La façon dont la médecine, en passant d’un art à une science entre 1830 et 1890 en Europe, traite son patient et impose une vision du corps et un imaginaire du mal a encore des conséquences aujourd’hui, sur la façon dont les patients entrent en relation avec leur médecin, et les médecins avec leurs patients.

La nouvelle médecine scientifique transforme en effet le patient encore maître du récit de ses symptômes au début du 19ème siècle en un être fragile, passif et muet, qui doit garder le silence pour être diagnostiqué, étiqueté, puis classé dans une branche d’un hôpital, avec d’autres patients souffrant du même type de maladie.

Ces conceptions du corps - mécanistes ou holistiques- sont d´ailleurs différentes de chaque côté de la Manche - pour des raisons qui seront explorées rapidement et qui permettent de justifier les différences de pratiques et d´organisation du soin entre la Grande Bretagne et la France de nos jours.

Depuis les années sida au contraire, on observe un renouveau de la parole du patient, et ce que l’on peut ressentir comme une perte de vitesse de l’autorité du médecin, ce dernier étant de plus en plus exposé au surmenage, à la souffrance au travail, et à la difficulté de définir sa place dans une société en mouvement.

L’inscription est gratuite. Pour vous inscrire, cliquez sur ce lien.

Enseignants :